06/05/2011

Pédophilie dans l'Eglise : Mgr Léonard veut-il la lumière ?

André Léonard veut-il la lumière sur les crimes sexuels commis par les clercs ? Pour la première fois, depuis la publication du rapport accablant de la Commission Adriaenssens (Le Soir de samedi), l'archevêque parle, ce lundi. A l'exception de quelques mots prononcés dimanche en marge de la procession de Tournai : « Ce rapport, nous l'avons souhaité. » Officiellement pour présenter la cellule de soutien aux victimes qui prend la relève. Mais le primat doit avant tout s'expliquer sur la responsabilité de l'Eglise belge. C'est son heure de vérité.

1. Quelles suites pénales ?

 

Le juge De Troy, dont l'instruction reste en cours, continue à nourrir son dossier, notamment à travers les éléments qui lui seront communiqués, mercredi, par Walter Van Steenbrugge, avocat d'une trentaine de victimes. Au moins seize autres instructions doivent suivre, suite aux récents dossiers transmis par la Commission au parquet fédéral.

Le pédopsychiatre Peter Adriaenssens avait prévenu les évêques qu'il dresserait un constat ferme et indépendant. Sur plus de 400 abuseurs signalés, 186 sont identifiés et 91 sont encore en vie. Il revient à la Justice de vérifier s'ils n'ont pas continué à sévir. Que compte faire l'archevêque, concernant ces dizaines de prêtres identifiés, pour faciliter le travail de la Justice ?

2. Quelles indemnisations ?

 

Walter Van Steenbrugge l'a annoncé, samedi : des actions en justice peuvent être lancées, au civil, à l'encontre des auteurs, mais aussi des évêques, pour non-assistance à personne en danger. S'il y a faute (l'abus sexuel enduré, l'entrave à la Justice), dommage (le traumatisme causé par le crime, par sa dissimulation, voire par le choc de sa révélation) et lien de causalité entre les deux, la victime est en droit de réclamer des dommages et intérêts.

C'est ce même principe, hors voie judiciaire, que défend Peter Adriaenssens quand il suggère la création d'un fonds de solidarité alimenté par les abuseurs et l'Eglise. Question : comment l'archevêque compte-t-il indemniser les « survivants » ?

3. De nouvelles démissions ?

 

En huit semaines, la Commission Adriaenssens a enregistré 475 cas d'abus sexuels. Pourtant, ces vingt dernières années, les prêtres abuseurs retenus par la chronique judiciaire se comptent sur les doigts d'une main : Robert Borremans, Louis Dupont, André Vanderlyn…

Beaucoup y voient l'effet d'un système organisé d'occultation. André Léonard dénonçait lui-même, le 4 avril, cette loi du silence : « Pendant des décennies, l'Eglise (…) a mal géré le problème de la pédophilie en son sein. (…) Par un silence coupable, on a souvent préféré la réputation de certains hommes d'Eglise à l'honneur de ces enfants abusés».

Le 23 avril, confronté à la renonciation de Vangheluwe, André Léonard prétendait tourner résolument la page « par rapport à l'époque, pas si éloignée, où, dans l'Eglise comme ailleurs, on préférait la solution du silence ou du camouflage. »

Une omerta promue par le Vatican : le 8 septembre 2001, le cardinal Castrillon Hoyos, « ministre » de tutelle des 400.000 prêtres de l'Eglise, adressait un courrier à l'évêque de Bayeux pour le féliciter « de n'avoir pas dénoncé un prêtre à l'administration civile »…

L'archevêque sait, à présent, que sur 309 situations d'abus situées dans le temps, près d'un cinquième (56) ont eu lieu alors que M. Danneels était à la tête de l'Eglise belge. Le cardinal était-il dans l'ignorance ? Des témoignages publiés par la Commission mettent en cause l'obstruction manifeste d'évêques. André Léonard peut-il affirmer qu'aucun des 16 évêques belges en vie (9 en fonction et 7 émérites) n'est impliqué dans ces manœuvres de dissimulation ?

Publié en novembre 2009, le rapport Murphy sur les abus sexuels au sein de l'Eglise irlandaise a établi que « la préoccupation de l'archevêché de Dublin (…), au moins jusqu'au milieu des années 1990, était de préserver le secret, d'éviter le scandale, de protéger l'Eglise et de préserver ses biens. » Dans les quatre semaines qui suivirent, quatre évêques irlandais remettaient leur démission. Mais le pape vient d'en refuser deux.

http://www.lesoir.be/actualite/belgique/2010-09-13/pedoph...



11:03 Écrit par J.D. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.