19/12/2010

Un abbé belgo-mexicain accusé de viol et d'attentats à la pudeur

Le substitut Morandini a requis mardi, devant le tribunal correctionnel de Dinant, 4 ans de prison à l'encontre de l'abbé José M., soupçonné de viol et de plusieurs attentats à la pudeur commis entre 2000 et 2006.

 Le prêtre belgo-mexicain, se présentant comme catholique intégriste, officiait au sein d'une petite communauté localisée à Sinsin (Somme-Leuze). Les faits ont été révélés par un prêtre à qui s'est confiée une sœur âgée de 78 ans au moment des faits. Celle-ci affirme avoir été violée par le prévenu, qui reconnaît avoir appliqué de la pommade sur les parties intimes de la sœur "à la demande de celle-ci." "Nous ne sommes pas faits de pierre et je reconnais avoir mis ma main sur son sexe", a affirmé le prévenu à l'audience. Selon le parquet, l'homme d'église aurait introduit un doigt dans le sexe de la religieuse, ce qui est considéré comme un viol et a eu pour effet de briser le vœu de chasteté de la victime. L'abbé a également eu des comportements déplacés avec 3 jeunes filles. Il s'est couché sur l'une d'entre elles pour l'embrasser. Alors qu'une autre se confiait à l'abbé dans le confessionnal, il aurait tenté de l'embrasser. Il a enfin entretenu des relations sexuelles avec une jeune fille souffrant d'une déficience mentale. Le substitut a considéré que toutes les préventions étaient établies, avec la circonstance aggravante qu'en temps que prêtre, l'auteur avait autorité sur ses victimes. Deux jeunes victimes se sont constituées parties civiles. Jugement le 18 janvier.

 

Publié le 9.11.2010 http://www.lameuse.be/actualite/faits_divers/2010-11-09/u...

17:19 Écrit par J.D. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Un prêtre allemand a abusé de 155 enfants

Un tribunal allemand a condamné, jeudi, un prêtre catholique à sept ans de prison pour abus sexuels à l'égard de 155 enfants. L'homme était en aveux partiels.
 
Le prêtre, âgé de 50 ans, exerçait son ministère dans une école de Kassel (Hessen).
 
Il a reconnu des abus sexuels sur six enfants de choeur, entre 1992 et 2003.
 
Les enquêteur avaient également trouvé des images pédophiles sur son ordinateur. Le prévenu avait par ailleurs filmé certains de ses actes.
 
Le prêtre avait été suspendu de ses fonctions au mois de mai dernier quand ses agissements ont été rendus publics et se trouvait depuis le mois de juin en détention préventive. (belga)

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1501/Canal-Infos/article/detai...

17:16 Écrit par J.D. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Liège: encore un curé pédophile au tribunal

Etienne, un ex-curé liégeois de 53 ans est devant le tribunal pour... devinez? Des faits de mœurs. C’est au cours d’un camp de vacances à Avignon qu’il a commis trois attentats à la pudeur, sur un garçon de 13 ans. Le tribunal réclame une peine de 18 mois.

 

“ Je ne peux pas nier le risque éventuel d’un vice, mais je ferai tout pour l’éviter, dit aujourd’hui le prévenu. Cet homme de 53 ans, dégarni, affichant un bouc et des lunettes, fut à une époque responsable de six paroisses liégeoises. Fin août 2008, il a fait subir des attouchements à un gamin de 13 ans. Grand ami des parents depuis plusieurs années, c’est les yeux fermés qu’ils lui ont confié leur enfant pour un camp de vacances à Avignon, en août 2008. Etienne dormait dans la même tente que l’enfant. Il y a eu trois gestes. Au départ, ce fut juste une caresse superficielle. Le lendemain, il a glissé sa main dans le sac de couchage. La 3e fois, il a glissé sa main dans la culotte de pyjama de l’enfant, puis a pris la main de l’enfant pour la poser sur son sexe.

Trois gestes seulement, mais qui ont marqué l’enfant: depuis, il se pose des questions sur sa sexualité.

Ça n’a sans doute duré que 5 minutes à chaque fois, “ mais 5 minutes pour un enfant qui subit ces attouchements, c’est long ”, souligne Mme Wolf.

Il faut reconnaître à Etienne cette résipiscence: estimant de lui-même avoir été trop loin, il a mis fin au séjour, et a ramené l’enfant. Au Parquet, Mme Wolf requiert une peine de 18 mois. N’ayant aucun antécédent, le prévenu a droit au sursis. “ Mais il faudra que ce sursis soit assorti de conditions strictes dont celle de ne plus être laissé seul avec un enfant ”.

Etienne a enseigné jusqu’en 2008 dans une école liégeoise. Depuis les faits, il s’est retranché à Bruxelles, suit une thérapie. Il est prêtre, mais n’a plus aucune charge pastorale. Son avocat plaide la suspension probatoire. La juge Cabus se prononcera le 23 décembre. Amen...

 

Publié le 25/11/10     http://www1.lanouvellegazette.be/regions/basse_meuse/2010...

17:15 Écrit par J.D. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |