01/11/2010

Présence gênante d'un prêtre... dans le diocèse de Namur

Pour Mme Hautier, cette présence était tout simplement scandaleuse.

L’incident a eu lieu la semaine dernière. A la fin de la messe dominicale à l’église de Bossière alors que le curé faisait les annonces de la semaine, Monique Dheur-Hautier, une paroissienne par ailleurs sacristine l’avait interpellé publiquement pour déplorer qu’un ancien prêtre de cette paroisse qui fait l’objet d’une instruction pour des faits de pédophilie, notamment sur l’un de ses enfants et cela pendant plusieurs années figurait encore sur le site Web du doyenné de Gembloux et qu’il puisse toujours célébrer dans l’environnement de la paroisse dans des homes pour personnes âgées.

Pour Mme Hautier, cette présence était tout simplement scandaleuse : "Si le prêtre en question était déjà orienté pour ne plus prester que chez les personnes âgées, en croyant ainsi l’isoler du champ de vie des enfants et des jeunes, pourquoi l’afficher encore sur Internet comme, nous citons, une personne référence d’édification ? Bien plus, pense-t-on que les foyers des personnes âgées ne font pas partie des espaces de prédilection pour les familles, les jeunes et les enfants ?"

Pour la sacristine de Bossière, c’était d’autant plus incompréhensible qu’on lui avait dit à l’évêché de Namur qu’il ne pouvait plus célébrer d’eucharisties dans l’ensemble du doyenné. Mais Monique Dheur-Hautier que nous avons contactée lundi ajoute aussi que "l’an dernier, comme si de rien n’était, l’abbé en question avait aussi accompagné le doyenné de Gembloux à Beauraing et aurait forcément pu y rencontrer des enfants. Je ne comprends pas l’Eglise et je tiens à rappeler que c’est en contradiction avec ce qu’affirme aujourd’hui M gr Léonard comme archevêque".

Le curé de Bossière, l’abbé Philippe Coibion que nous avons également contacté tient à préciser que "de fait, à la fin de l’eucharistie dominicale, au moment des annonces, une paroissienne avait fait une intervention que j’ai qualifiée d’intempestive et dont je me suis dit désolé auprès des autres paroissiens venus à l’eucharistie".

Et d’ajouter : "Par souci de clarté, j’ai aussi rectifié l’information à propos de l’interdiction de célébrer. L’abbé n’est pas suspendu, mais n’a effectivement plus de ministère paroissial."

L’abbé Coibion nous précise enfin qu’il n’est à Bossière que depuis sept mois, donc bien après les faits imputés à un de ses prédécesseurs.

Sur le plan judiciaire, le dossier de l’abbé H. est toujours à l’examen. Cinq personnes se sont dites préjudiciées par lui entre 1986 et 2003. Une chambre du conseil prévue en juin 2009 a été reportée sine die et l’on ne sait pas très bien dans quelle direction ira le parquet. C’est une des raisons qui fait que du côté du diocèse, l’on n’ait pas jusqu’à présent pris de mesure canonique à l’encontre de l’abbé dont question, mais nous y dit-on "une procédure ecclésiastique est bel et bien en cours".

A la question de savoir, si par prudence, il n’aurait pas fallu plus rapidement éloigner au moins le prêtre contesté des lieux où il est mis en cause, on nous précise qu’"il semblait que le retrait de la paroisse était alors une mesure suffisante".

Par contre, pour ce qui concernait le maintien de ses coordonnées sur le site du doyenné de Gembloux comme s’il était un prêtre parmi d’autres contactables aussi par des jeunes, on nous fait remarquer qu’il s’agit d’une initiative sur laquelle l’évêché en tant que tel ne peut intervenir, ne pouvant contrôler tous les contenus. Reste qu’en retournant sur le site lundi après-midi, les coordonnées de l’abbé avaient disparu Et maintenant ? L’abbé Florence, vicaire épiscopal chargé de la problématique pour Namur devrait rencontrer d’ici peu l’abbé contesté. On ne peut exclure qu’il lui demande de quitter la région de Bossière pour apaiser les esprits. Par ailleurs, l’évêché pourrait aussi contacter les proches des victimes présumées

http://www.lalibre.be/actu/belgique/article/619293/bossie...

14:03 Écrit par J.D. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.