27/10/2010

Le ministre de la justice accusé de défendre l'Eglise

Les procureurs généraux ont fait savoir jeudi au ministre de la Justice Stefaan De Clerck qu'ils ne collaboreraient pas avec le centre d'accueil pour les victimes d'abus sexuels annoncé par les évêques, rapportent vendredi La Libre et La DH/Les Sports.Les procureurs veulent préserver la primauté incontestable de la justice dans l'approche et le suivi des dossiers.

M. De Clerck avait dit mardi son souhait d'étudier comment une collaboration entre le centre et la justice était possible, insistant toutefois pour que tous les faits punissables soient transmis à la justice.

Aucune coopération avec l'Eglise
Les procureurs généraux sont unanimement décidés à exclure toute forme de coopération avec le centre en gestation. Le procureur général de Mons Claude Michaux refuse d'entendre parler d'une quelconque possibilité pour les membres du centre d'accueil de faire le tri entre les affaires prescrites et celles qui ne le seraient pas.
 
Ca ne va pas
L'appel de M. De Clerck (CD&V) aux victimes de s'adresser en premier lieu aux centres d'accueil suscite en outre la polémique jusqu'au sein du gouvernement, ajoute Le Soir. "Nous avions pourtant été clairs.
Nous lui avons dit: Stefaan, ça ne va pas. C'est comme s'il ne comprenait pas nos critiques", constate un ministre. "Il ne veut pas comprendre", renchéri un autre, pour qui "il est intervenu de manière exceptionnelle dans la défense de l'Eglise".
 
Stefaan De Clerck se dit "profondément blessé par ces critiques" qui vont "à l'encontre de l'image que j'ai de la Justice qui doit tout faire pour donner une place centrale à la Justice".  (belga)

17/09/10

17:15 Écrit par J.D. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.