27/10/2010

"Il est bon que les victimes osent enfin parler"

"Il est bon que ce mutisme soit enfin brisé et que les victimes osent parler. Nous devons être à leur écoute et reconnaître leur souffrance due au mal qui leur a été infligé par des prêtres", écrit Mgr Aloys Jousten, évêque de Liège, dans une lettre aux prêtres de son diocèse.

A première vue, le long silence des victimes est assez surprenant, estime l'évêque de Liège. "Il y a quelque temps, un homme m'a téléphoné pour parler pour la première fois d'un abus datant de plus de 60 ans. On ne lui avait pas imposé le silence, mais il n'a pas eu le courage d'en parler plus tôt. L'aurait-on cru s'il l'avait dit au moment des faits? Et plus tard, il était peut-être honteux d'en parler...", suppose l'évêque.

"En 1986, je suis entré au Conseil épiscopal; je peux témoigner et affirmer que toutes les affaires connues ont été traitées avec rigueur, que des mesures adéquates ont été prises et que les obligations imposées par les tribunaux ont été respectées", a écrit Mgr Jousten.

"En amont, nous devons mettre au point des critères d'admission et des formations spécifiques pour toutes les missions dans l'Eglise. Un code déontologique sera élaboré pour aider les professionnels et les bénévoles à bien se situer dans leurs relations avec des enfants, des jeunes, des adultes", rapporte l'évêque. (belga)

29/09/10 17h07

17:17 Écrit par J.D. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.