15/10/2010

Un moine tombe en syncope en pleine comparution pour moeurs

Un moine salésien qui a comparu vendredi devant le tribunal correctionnel de Liège pour y répondre de faits d'attentats à la pudeur sur deux jeunes filles a fait un malaise et s'est violemment heurté la tête sur le banc des avocats. Il a été emmené en ambulance et son affaire été reportée.
 
Le prévenu, éducateur dans une école catholique de la région de Liège, est poursuivi pour des faits qui se sont déroulés entre 2004 et 2006. Il est suspecté de s'être livré, sous la pression, à des attentats à la pudeur sur deux jeunes filles de 12 ans dans le cadre de ses fonctions d'éducateur.
 
La justice rencontre des difficultés à le juger. Car cet homme fait des malaises à répétition lorsque les mots "jeunes filles" et "attouchements" sont évoqués dans les reproches qui sont formulés à son égard. Au stade de l'instruction et lors des consultations chez ses avocats, il a déjà fait plusieurs malaises.
 
L'affaire a déjà été examinée à plusieurs reprises et interrompue lorsque ce prévenu a répété ses malaises aux audiences. Lors d'une précédente comparution, il avait préféré ne pas répondre à la convocation du tribunal et avait été condamné par défaut à une peine de 2 ans de prison ferme.
 
Il avait fait opposition. Un médecin légiste a certifié qu'il était en état de comparaître.
 
Vendredi matin, lors de sa nouvelle comparution en présence d'une des victimes, il a réclamé et obtenu que le procès se déroule en partie à huis clos. Diabétique et épileptique, il est tombé en syncope lorsque les faits ont été évoqués et sa tête a heurté un banc. Ouvert à l'arcade sourcilière, il a été emmené en ambulance.
L'affaire a été reportée au 17 septembre. (belga)

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1502/Belgique/article/detail/1...

 

Justice liège: le moine condamné à 2 ans de prison

Un ancien moine salésien auteur d'attentats à la pudeur sur deux jeunes filles de 13 ans a été condamné vendredi à une peine de 2 ans de prison, avec sursis pour la moitié par le tribunal correctionnel de Liège.

A l'époque des faits, l'homme était éducateur dans une école catholique de Liège. Le prévenu était poursuivi pour des faits qui se sont déroulés entre 2004 et 2006. Il s'était livré à des attentats à la pudeur sur deux jeunes filles de 13 ans dans le cadre de ses fonctions d'éducateur. La justice rencontrait des difficultés à le juger car cet homme faisait des malaises à répétition lorsque les mots "jeunes filles" et "attouchements" étaient évoqués devant lui.L'individu niait les faits et prétendait être victime d'une vengeance organisée par ses victimes à qui il aurait refusé de donner des cigarettes.

 

Explications contradictoires

Le tribunal a relevé que les faits n'ont pas été dénoncés par les victimes, mais par le père d'un autre élève informé des agissements de cet éducateur. Les victimes avaient notamment déclaré que le prévenu avait pour habitude de toucher les fesses de ses élèves. Il avait attiré les deux jeunes filles dans sa chambre et les avait déshabillées avant de les embrasser, de se dévêtir et de se frotter contre elles. Le prévenu avait livré des explications contradictoires, tandis que la crédibilité des jeunes filles avait été soulignée par des psychologues.

http://www.rtlinfo.be/info/belgique/faits_divers/741986/j...

 

15:45 Écrit par J.D. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.