20/05/2010

Belgique

Un prêtre pédophile communique avec des jeunes sur Netlog

La justice enquête afin de déterminer si un prêtre et professeur, condamné pour pédophilie, cherche à nouveau à entrer en contact avec des jeunes, notamment via le site de réseau social Netlog, indiquent mercredi les quotidiens De Standaard et Het Nieuwsblad.

 

Les parents d'un élève du collège Sint-Vincentius d'Ypres se sont rendus en juin 2008 devant la direction en indiquant que le prêtre et professeur Tom F. avait agressé leur fils. Le prêtre en question avait bénéficié l'an dernier d'une suspension s'il se soumettait à de strictes conditions. Au sein et aux alentours de l'école, c'était l'étonnement lorsque l'on apprit qu'il officiait à nouveau comme vicaire à Beernem.

 

Il est "ami" avec un ado de 13 ans

Il y serait entré régulièrement en contact avec des jeunes. C'est ce qu'on peut notamment constater sur une photo sur le site internet de la communauté paroissiale et sur le profil Netlog de l'homme de 38 ans, où on voit qu'il est récemment devenu "ami" avec un adolescent de 13 ans.

 

Pourtant, il ne peut plus avoir de contact avec des mineurs

Ce comportement serait totalement contraire à ses conditions probatoires, qui indiquaient qu'il pouvait officier à nouveau comme vicaire après un accompagnement psychologique et s'il n'était en aucune façon en contact avec des mineurs d'âge. Selon le bourgmestre de Beernem, c'est le cas. "Nous exerçons une vigilance accrue."

 

L'évêché de Bruges a pris connaissance de l'affaire

L'évêché de Bruges n'était pas au courant mardi de cette affaire. "Nous lui avons clairement dit qu'il devait se limiter dans ses nouvelles fonctions à la célébration de la messe et de funérailles et devait se ternir loin des jeunes", insiste le porte-parole, qui s'est montré étonné d'apprendre que le prêtre était "ami" sur Netlog avec un paroissien âgé de 13 ans. "C'est intolérable."

http://www.rtlinfo.be/info/belgique/faits_divers/449512/u...

23:26 Écrit par J.D. dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.