09/03/2010

Et encore...

LA BOMBE A RETARDEMENT DES ABUS SEXUELS DU CLERGE :
Le frère du pape sur la sellette.

Un malheur ne vient jamais seul. Le pape doit s’arracher les cheveux. Son propre frère est désormais sur la sellette dans une affaire d’abus sexuel. Non pas pour avoir commis en personne de tels abus. Mais parce qu’ils ont eu lieu au sein du chœur des petits chanteurs de la cathédrale de Ratisbonne en Allemagne. Dont Mgr Georg Ratzinger, frère de Joseph, a été de 1964 à 1994 le Maître de Chapelle.

Des actes de pédophilie furent commis par deux religieux, y compris pendant cette période. Mgr Gerhard Muller, l’évêque en place, va entreprendre une enquête détaillée pour analyser l’étendue des dégâts et pour déterminer s’il y a eu des silences complices...

Cette nouvelle affaire éclate au plus mauvais moment pour l’épiscopat allemand qui vient tout juste de désigner l’évêque de Trèves, Mgr Stephan Ackermann, comme évêque en charge du dossier « pédophilie » suite aux différents scandales qui viennent d’éclater. Mais elle tombe encore plus mal pour la Vatican qui doit faire face à une affaire de mœurs touchant un laïc de l’entourage du pape (voir nos éditions à ce sujet du vendredi 5 mars).

L’histoire semble s’accélérer et s’emballer. Comme si une bombe à retardement explosait enfin.

Pour revenir à l’affaire de Ratisbonne, la répercussion pourrait être immense s’il s’avérait que Georg Ratzinger était au courant. « Quel malheur d’avoir un gendre » disait-on en référence au trafic de décorations qui conduisirent le Président Jules Grévy à quitter sa charge. Mettant en cause son gendre, Daniel Wilson. Dira-t-on un jour « quel malheur d’avoir un frère » en pensant à Benoît XVI.

L’Eglise hollandaise touchée à son tour

Mais après le « Gentilhomme de sa Sainteté » au Vatican soupçonné de « commerce homosexuel » puis les abus sexuels commis sur les « Petits chanteurs » de Ratisbonne, c’est une troisième affaire qui éclate en 24 heures.

Celle d’abus sexuels commis par des membres du clergé hollandais sur des élèves d’un internat de la région d’Arnhem dans les années 1960. Une enquête a été ouverte. Trois victimes ont été identifiée.

Cette enquête va être menée par la commission consultative épiscopale « Aide et droit »,qui devra établir si des abus sexuels ont été commis sur d’autres élèves de l’internat. L’établissement avait accueilli 80 à 100 élèves âgés de 12 à 18 ans par année scolaire, entre 1958 et 1971. Date de la fermeture de l’établissement.

Il ne s’agit pas seulement de préciser l’étendue des violences criminelles. Mais si l’ordre des Salésiens de Don Bosco a pris toutes les mesures nécessaires afin d’éviter que ce genre d’événements se reproduise. Et, éventuellement, la hiérarchie épiscopale compétente.

Comme l’Allemagne, les Pays-Bas ont semble-t-il été longtemps épargnés par ces abus. Ce n’est plus le cas aujourd’hui !

http://www.golias.fr/spip.php?article3605

16:28 Écrit par J.D. dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pedophilie, frere pape |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.