23/01/2010

Même chez les stars!

Gabriel Byrne agressé sexuellement par un prêtre durant son enfance!

L'acteur américain Gabriel Byrne vient de révéler dons une interview une part traumatisante de son enfance.

 A l'âge de 11 ans, Gabriel Byrne aurait été la victime d'un prêtre pédophile appartenant au corps enseignant de l'institution dans laquelle le jeune acteur était placé.

Si l'acteur hollywoodien revient aujourd'hui sur son passé, c'est tout simplement car il pense enfin plusieurs décennies après avoir la force d'en parler.
Car même si les abus sexuels l'avaient profondément blessé, il pensait pouvoir s'en être sorti et avoir dépassé la culpabilité.

 Cependant, comme Gabriel Byrne l'explique très bien, le traumatisme peut parfois prendre des formes inattendues et dans son cas, ces problèmes d'alcoolisme ont aujourd'hui pour lui trouvé explication dans le souvenir douloureux de son enfance.

Un témoignage important pour les autres victimes et forcément, on ne peut que partager sa douleur !

http://www.startabou.com/2010/01/gabriel-byrne-agress%C3%...

17:10 Écrit par J.D. dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pretre pedophile |  Facebook |

Canada...

Crimes sexuels

La prison pour le père Lévi Noël

Mise à jour le vendredi 22 janvier 2010

Lévi Noël, un prêtre à la retraite qui a travaillé pendant 30 ans dans la Péninsule acadienne, au Nouveau-Brunswick, est condamné à huit ans de prison pour plusieurs délits de nature sexuelle. Il a reçu sa sentence vendredi matin à Tracadie-Sheila.

La peine habituelle dans un tel cas varie de deux à cinq ans de prison. La peine imposée à M. Noël est la plus lourde qui ait été imposée à un prêtre pédophile au Canada. En imposant cette peine exemplaire, le juge a expliqué que la dissuasion était prioritaire.

M. Noël, 84 ans, a reconnu sa culpabilité à 22 accusations concernant des cas de grossière indécence et d'attentats à la pudeur. Ces incidents se sont produits de 1958 à 1981.

Les 18 victimes du père Noël étaient de jeunes garçons âgés de 8 à 16 ans à l'époque. Le juge a ajouté que ces crimes représentaient de graves cas d'abus de confiance. Le père Noël au moment des faits exerçait une autorité sur ces jeunes et la paroisse où il travaillait. Selon le juge, tous les cas étaient prémédités.

Un pas vers la guérison

Certaines victimes qui ont accepté de témoigner publiquement ont tenu une conférence de presse vendredi après-midi. Ces hommes portaient des photographies les présentant à l'âge qu'ils avaient lorsqu'ils ont été agressés la première fois.

Ils hésitent à se prononcer sur ce qui serait selon eux une juste peine imposée à Lévi Noël. Ils disent cependant que cela va les aider dans leur processus de guérison. Ils expliquent qu'ils ont vécu dans la solitude pendant plus de 40 ans avant de rompre le silence.

Ces hommes se tournent maintenant vers le diocèse de Bathurst pour lui demander d'aider toutes les victimes du père Noël et toute autre victime d'agression sexuelle qu'auraient commise d'autres prêtres dans la région. Ils affirment que depuis leur première sortie publique, plusieurs personnes leur ont dit qu'elles sont aussi des victimes de ce genre d'agression.

L'enquête policière sur les gestes reprochés à Lévi Noël a commencé en mai 2008 à la suite d'une plainte portée par une victime.

17:05 Écrit par J.D. dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pretre pedophile |  Facebook |

20/01/2010

belgique

Joël Devillet demande des comptes à Mgr Léonard

 

 

Le passage de Namur à Bruxelles de Mgr Léonard réveille aussi de vieilles histoires. Celle notamment de Joël Devillet, victime d’un prêtre pédophile du diocèse de Namur et en procès à ce titre avec… Mgr Léonard.

 

Il s’étonne aujourd’hui de sa promotion sur le siège primatial de Belgique :

 

« Ces derniers jours, plusieurs évêques en Irlande ont démissionné suite à des abus et viols de leurs prêtres sur des enfants. Il est fréquent que le Saint Père se prononce sur ses actes criminels, qualifiant cela d’abominable. Il est donc curieux de donner une promotion à un évêque, Mgr Léonard, qui a actuellement un procès pour avoir protégé un prêtre pédophile de son diocèse -de surcroît récidiviste- et de n’avoir pas aidé la victime comme Rome le demande. Non, Mgr Léonard n’a pas gagné le procès comme il l’a dit à la télévision le jour de Pâques 2009 et comme la presse l’a relaté ostensiblement. J’ai été débouté pour le matériel, pas pour le psychologique et le moral. Le procès au civil est toujours en cours. Quant bien même j’aurai perdu mon procès, le jour du jugement, j’aurai fait Appel de la décision comme j’en suis sûr Mgr Léonard le fera s’il venait a être condamné. Le livre que j’ai écrit il y a peu ‘Violé par un prêtre’* montre combien l’Eglise prend au sérieux (par des discours !) ces cas d’abus sexuels sur des enfants commis par l’un de ses membres. J’y ai mis la quasi-totalité des propos à ce sujet donnés par Jean-Paul II et Benoît XVI. Que j’aimerai que ces belles paroles deviennent réalité. Donner une promotion à un évêque qui a un procès en cours est, -je le répète- à tout le moins curieux. D’autant plus que mon affaire a été médiatisée il y a peu et le sera encore. Je n’ai pas fait ce procès pour la gloriole, ou mon orgueil personnel. Il aurait été bien pour moi et mon avocat de dire que nous sommes en procès contre un cardinal ! Mais ce n’est pas ce que je recherche, sinon je n’aurai pas averti le Nonce et le Vatican au fur et à mesure de la procédure judiciaire. Courriers restés sans réponse d’ailleurs ! Cette nomination montre en tout cas que Rome s’en fiche qu’un évêque ait un procès en cours, même si ce procès a pour motif d’avoir couvert un prêtre pédophile et n’avoir pas aidé la victime."

 

Christian Terras
--> Article mis en ligne le mardi 19 janvier 2010 

Mgr Léonard à Bruxelles : QUAND LE CAUCHEMAR DEVIENT REALITE !

 

http://www.golias.fr/spip.php?article3322

 

Convocation !

Abus sexuels : les évêques irlandais convoqués par le pape

(20/01/2010)

"Cette convocation intervient dans le contexte des problèmes de l'Eglise irlandaise", a déclaré le porte-parole du Vatican


VATICAN Les évêques irlandais sont convoqués par le pape les 15 et 16 février, a annoncé mercredi le Vatican, une rencontre qui intervient dans le contexte d'un scandale de pédophilie impliquant des prêtres de la région de Dublin, couverts par la hiérarchie catholique locale.

Le père Federico Lombardi, porte-parole du Vatican, a "officiellement" confirmé à l'AFP cette convocation, annoncée dans la version internet du quotidien anglais The Guardian.

"Elle intervient dans le contexte des problèmes de l'Eglise irlandaise", a-t-il ajouté.

Quatre évêques irlandais ont présenté leur démission à Benoît XVI à la suite d'un rapport accusant l'Eglise catholique d'avoir couvert les agissements de prêtres pédophiles dans la région de Dublin.

Le pape avait déjà reçu au Vatican sur cette affaire le primat de l'Eglise irlandaise, le cardinal Sean Brady, le 11 décembre. Il avait alors qualifié de "crimes abominables" les agissements des prêtres irlandais pédophiles couverts par leur hiérarchie mis au jour dans le rapport publié fin novembre.

Le rapport Murphy a révélé comment la hiérarchie irlandaise avait couvert les sévices sexuels auxquels se sont livrés des prêtres de la région de Dublin sur des centaines d'enfants pendant plusieurs décennies.

© La Dernière Heure 2010

http://www.dhnet.be/infos/monde/article/296957/abus-sexue...

17:13 Écrit par J.D. dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/01/2010

2010 ? année calme ? non!

PÉDOPHILIE : UN PRÊTRE SURPRIS AVEC UN ENFANT DE 12 ANS

Gaston Borges, un prêtre du diocèse de la ville de Sens, dans l'Yonne, a été surpris avec un garçon de 12 ans, dimanche dernier. Les policiers étaient venus l'interpeller alors qu'un adolescent de 16 ans venait de porter plainte contre lui pour "agressions sexuelles" commises la nuit du 25 décembre.
Le prêtre a été mis en examen dès le lendemain pour "agressions sexuelles sur mineurs", rapporte le quotidien "L'Yonne Républicaine". Il a été placé en détention provisoire à la prison de Fleury-Mérogis. K.M.

02/01/2010

 

http://www.elle.fr/elle/Societe/News/Pedophilie-un-pretre...

05:39 Écrit par J.D. dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/01/2010

Bien M. le Préfet !

"Les prêtres pédophiles doivent être punis par la justice ordinaire"

Les prêtres accusés d'abus sexuels ou de pédophilie doivent être punis y compris par la "justice ordinaire", a estimé mardi le cardinal Claudio Hummes, préfet de la Congrégation pour le Clergé, dans un entretien à l'Osservatore Romano, le journal du Vatican.
 
Le cardinal a estimé à propos de la "douloureuse affaire irlandaise" qu'il faut "établir objectivement les responsabilités de tant de douleur". "Il faut aller avec détermination jusqu'au bout, même en ayant recours à la justice ordinaire" pour punir les coupables d'abus, a ajouté Mgr Hummes.
 
Cette question "nuit tout d'abord aux victimes, mais frappe profondément également le coeur de l'Eglise" catholique, a estimé le cardinal, appelant aussi à "ne pas généraliser" à l'ensemble des prêtres et évêques.Le cardinal a déploré l'impact de ce genre d'affaires sur l'image des prêtres. "On ne peut pas nier qu'il y a des épisodes douloureux, mais il s'agit de cas limités en nombre plutôt modeste".
 
Le jour de Noël, deux évêques irlandais avaient présenté leur démission au pape Benoît XVI, portant le total des départs volontaires à quatre, à la suite d'un rapport accusant l'Eglise catholique d'avoir couvert les agissements de prêtres pédophiles dans la région de Dublin.
 
Le rapport Murphy reprochait aux responsables de l'archevêché de Dublin, le plus important d'Irlande, d'avoir protégé les prêtres auteurs d'abus sexuels sur des enfants en ne les dénonçant pas à la police, faisant passer les intérêts de l'Eglise avant ceux des jeunes victimes.
(belga)

12/01/10 19h57

Irlande... suite et pas fin

25/12/2009 10:28

Trois évêques irlandais démissionnent



Après l’évêque de Kildare et Leighlin (est), Mgr James Moriarty, mercredi 23 décembre, deux évêques auxiliaires de Dublin, Mgr Eamonn Walsh et Mgr Raymond Field, ont présenté leur démission au pape, vendredi 25 décembre

Deux évêques auxiliaires de Dublin mis en cause mis en cause par le rapport Murphy pour avoir couvert les crimes de prêtres pédophiles, ont annoncé vendredi 25 décembre avoir présenté leur démission à Benoît XVI.

"Nous, Mgr Eamonn Walsh et Mgr Raymond Field, avons informé jeudi soir Mgr Diarmuid Martin que nous avions offert notre démission à Sa Sainteté le pape Benoît XVI, en tant qu'évêques auxiliaires de l'archevêque de Dublin, ont-ils précisé dans un communiqué mis en ligne sur le site du diocèse de la capitale irlandaise. Tandis que nous célébrons la fête de Noël, la naissance de notre Sauveur, le prince de la paix, notre espoir est que notre action puisse aider à ramener la paix et la réconciliation de Jésus Christ aux victimes/survivants de ces abus sexuels".

Jeudi soir, dans son homélie de la messe de minuit, en la cathédrale Sainte-Marie de Dublin, l'archevêque de Dublin, Mgr Diarmuid Martin, avait estimé que les prêtres catholiques qui ont infligé des sévices sexuels à des centaines d'enfants pendant des décennies devaient être traduits en justice. "Aucune parole d'excuse ne sera jamais suffisante pour le mal causé" par leurs agissements, a souligné l'archevêque.

Souci "erroné" de vouloir à tout prix protéger l'Eglise

Pour Mgr Martin le renouveau de l'Eglise passe par "la reconnaissance honnête et franche" des faits et "l'acceptation de la responsabilité pour ce qui s'est passé". "Les comportements criminels doivent faire l'objet d'une enquête et d'une action en justice", a-t-il souligné, reconnaisant que l'Eglise avait commis une faute à l'égard de ses membres les plus vulnérables.

"La priorité avait été donnée aux intérêts des prêtres ordonnés au détriment des besoins des baptisés", a-t-il regretté, dénonçant le souci "erroné" de vouloir à tout prix protéger l'Eglise qui a "abouti parfois à des décisions qui ont été prises, parfois à des décisions qui n'ont pas été prises et dont le résultat a été un plus grand nombre d'enfants victimes d'abus".

"Ouvrir la voix à un meilleur avenir"

La démission de Mgr Walsh et Mgr Field, qui intervient six jours après que Mgr Donal Murray, évêque de Limerick (sud-ouest), a vu sa démission acceptée par Benoît XVI, porte ainsi à quatre le nombre d'évêques à se retirer après le rapport Murphy qui avait souligné combien la hiérarchie du diocèse de Dublin avait couvert les agissements de prêtres pédophiles de 1975 à 2004.

Mercredi 23 décembre, c'était au tour de Mgr James Moriarty, évêque de Kildare et Leighlin (est) d'annoncer qu'il avait présenté au pape sa démission. « J’espère que cela fait honneur à la vérité que les victimes encore vivantes (de ces abus) ont découverte et ouvre la voie à un meilleur avenir pour toutes les personnes concernées », a expliqué, dans un communiqué publié mercredi 23 décembre, celui qui avait été évêque auxiliaire de Dublin entre 1991 et 2002.

Audit des diocèses

Si ces démissions en série devraient quelque peu apaiser les esprits en Irlande, les associations de victimes n’entendent pas en rester là. Christine Buckley, une représentante des victimes ayant subi des abus dans des institutions catholiques, a écrit à Benoît XVI pour lui demander de venir en Irlande entendre leurs souffrances. Elle lui a fait part dans sa lettre de sa déception pour son « approche sans empathie » de ces crimes.

Des discussions sont actuellement en cours entre l’Église et le gouvernement irlandais pour mettre en place un audit dans tous les diocèses afin de connaître l’ampleur des crimes commis par des prêtres sur des enfants. Les associations de victimes avaient demandé haut et fort ces dernières semaines que l’enquête soit généralisée. Pour l’heure, seuls les diocèses de Ferns (2005) et de Dublin (2009) ont donné lieu à des rapports. Une enquête est en cours dans le diocèse de Cloyne, dont les résultats sont attendus pour le printemps.

Dans son message de Noël, le primat d’Irlande, le cardinal Seán Brady, avait souhaité que Noël apporte joie et espérance à tous ceux qui souffrent de la crise économique, des inondations sans précédent dans le pays et des scandales des abus sexuels.
Céline HOYEAU et Nicolas SENEZE

http://www.la-croix.com/Un-deuxieme-eveque-irlandais-demi...

03:45 Écrit par J.D. dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/01/2010

France

 

 

Yonne: un prêtre mis en examen et écroué pour agressions sexuelles sur mineurs

le 01/01/2010

 

 

Le soir de Noël, un  jeune de 16 ans  a passé sa nuit en compagnie du père Gaston Borges, archiprêtre de la cathédrale de Sens et vicaire épiscopal responsable du nord de l’Yonne.

L’ado a ensuite porté plainte contre le religieux pour des agressions sexuelles commises cette nuit du 25 décembre.

Quand les policiers d’Auxerre sont venus interpeller le prêtre, ils l’ont trouvé en compagnie de son filleul âgé de 12 ans.

Les parents de ce dernier ont porté plainte, précise le Figaro.

Le père Borges, a longtemps été aumônier à la prison d'Auxerre.

Il a été placé en détention provisoire à Fleury Mérogis.

Dans un communiqué publié sur le site internet du diocèse, Mgr Yves Patenôtre, l'évêque de Sens, s’est dit « douloureusement surpris ».

Tout en ajoutant que sa « pensée va d'abord bien sûr vers tous ceux et celles qui sont touchés et blessés par les faits, même si j'ignore ce qu'ils ont été exactement et leur gravité. Je fais confiance à la justice de notre pays ».

 http://www.lepost.fr/article/2010/01/01/1866750_yonne-un-...

 

 

 

 

Le curé de Willer-sur-Thur écroué pour viol et agressions sexuelles 

le 11/07/2009 à 06h46

Faits divers

L’abbé Vincent Flury, de la communauté de paroisses de Willer-sur-Thur, a été mis en examen pour un viol et des agressions sexuelles sur deux adolescents. Il a été placé en détention provisoire. Les faits remonteraient au premier semestre de l’année 2004.

Mercredi, dans l’après-midi, l’abbé Vincent Flury s’est présenté à la brigade territoriale de gendarmerie de Willer-sur-Thur, dans la vallée de Thann. Le prêtre a reconnu avoir abusé de deux adolescents, l’un âgé de 14 ans et l’autre de plus de 15 ans. Les faits remontent au premier semestre de l’année 2004, le premier d’entre eux aurait même eu lieu fin décembre 2003.

Hiérarchie alertée par un prêtre

Le père Flury avait été nommé, le 7 septembre 2003, curé des paroisses de Willer-sur-Thur, Goldbach et Bitschwiller-lès-Thann. Pendant que le presbytère de Willer-sur-Thur était en travaux, il avait séjourné dans celui de Roderen. C’est là qu’il aurait agressé sexuellement un premier adolescent âgé de plus de 15 ans.
Lorsqu’il a été déféré au parquet de Mulhouse, il a reconnu devant le magistrat de permanence qu’il aurait touché « de manière poussée » le garçon. Selon les premiers éléments de l’enquête, il aurait également violé le jeune homme au début de l’année 2004. Le prêtre est resté très flou dans ses explications concernant ces faits.
Vincent Flury a également avoué avoir commis une agression sexuelle sur un adolescent de 14 ans, lors d’une sortie de jeunes, vraisemblablement des servants de messe, pendant l’été 2004, à Cluny, en Saône-et-Loire. Une des deux victimes se serait récemment confiée à un prêtre qui a alerté sa hiérarchie. L’archevêque de Strasbourg, Mgr Jean-Pierre Grallet, aurait immédiatement convoqué le prêtre pour avoir des explications. L’abbé, qui aurait reconnu les faits, avait été placé devant le choix de se dénoncer de lui-même ou d’être dénoncé à la justice par les autorités ecclésiastiques. Il avait décidé de se présenter à la gendarmerie.
Ce prêtre, fortement impliqué dans sa communauté de paroisses, est âgé de 40 ans. Il avait plusieurs casquettes : aumônier des scouts de Thann, conseiller spirituel au niveau du département et membre de l’équipe de coordination du diocèse de Strasbourg qui s’occupe du pèlerinage des jeunes de toute l’Alsace à Lourdes.

Ancien pâtissier

Originaire de Dannemarie, il avait abandonné la profession de pâtissier pour entrer à l’abbaye bénédictine Sainte-Madeleine du Barroux, en Provence-Alpes-Côte d’Azur, où il avait passé cinq ans et demi. Il était entré au séminaire à l’âge de 25 ans, pour y étudier pendant huit ans, avant d’être ordonné prêtre en juin 2001 et nommé vicaire à la paroisse Saint-Étienne à Mulhouse.

G.L.

http://www.lalsace.fr/fr/region/colmar/article/1781569,21...

 

Charente: un curé soupçonné d'agressions sexuelles sur des mineures

le 03/07/2009

Patrick Braud est vicaire général et curé de la cathédrale d’Angoulême, en Charente.

Mercredi, il a été interpellé à son domicile, au presbytère d'
Angoulême, par les policiers du SRPJ de Limoges (Haute-Vienne).

L’ecclésiastique est soupçonné d’
agressions sexuelles sur 3 jeunes filles âgées à l’époque de 12 à 16 ans.

Les faits auraient été commis de 1994 à 1998, à Angoulême.

Patrick Braud a été placé en garde à vue.

Une garde à vue prolongée ce jeudi.

Le vicaire est soupçonné d’attouchements commis au domicile des parents des victimes présumées, révèle
Le Parisien.

À la suite de ces faits, l’homme d’E
glise aurait été pris de remords et aurait rédigé pour chacune des victimes, une lettre d’excuses.

Début de cette année, les trois jeunes filles ont déposé plainte contre le vicaire.

Les enquêteurs ont effectué une perquisition au domicile et au bureau du vicaire.

Le parquet n’a pas requis le placement en détention de Patrick Braud.

 http://www.lepost.fr/article/2009/07/03/1604851_charente-...

06:53 Écrit par J.D. dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Canada

Prêtre arrêté pour abus sexuels sur quatre garçons

Agence QMI 
Éric Thibault
09/12/2009 13h22 

Les crimes reprochés auraient été perpétrés à Sainte-Anne-de-Beaupré et à Saint-Tite-des-Caps, entre 1981 et 1985. 

 

SAINTE-ANNE-DE-BEAUPRÉ - La Sûreté du Québec a appréhendé un prêtre à la retraite, ce matin, à Sainte-Anne-de-Beaupré, relativement à des abus sexuels commis sur quatre garçons au début des années 80.

L'homme de 69 ans doit comparaître cet après-midi, au palais de justice de Québec, pour répondre à neuf chefs d'accusation (agression sexuelle, attentat à la pudeur, grossière indécence).

Les crimes reprochés auraient été perpétrés à Sainte-Anne-de-Beaupré et à Saint-Tite-des-Caps, entre 1981 et 1985. Selon la SQ, les gestes à caractère sexuel auraient été posés aux dépens de garçons de 12 à 15 ans qui fréquentaient une école privée où l'accusé travaillait à l'époque.

L'enquête policière, qui a débuté il y a un an avec une première dénonciation d'un plaignant, est toujours en cours afin de déterminer s'il y a d'autres victimes alléguées.

Le Journal de Québec

http://fr.canoe.ca/infos/societe/archives/2009/12/2009120...

 

06:37 Écrit par J.D. dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Belgique

Le prêtre pédophile soupçonné d’abus sexuels et d’un viol

Bart Aben, le curé d’Overpelt a été mis à disposition du juge d’instruction de Tongres pour abus sexuels sur des enfants. Il a été interpellé après deux plaintes déposées par des parents d’enfants de Bocholt.

Les abus auraient duré des années sur une fillette âgée de 8 ou 9 ans au début de faits. Le juge d’instruction de Tongres entendait mercredi matin le prêtre d’Overpelt, Bart Aben, suspecté d’abus sexuels sur des enfants, a indiqué le porte-parole du parquet, Michel Zegers.

Les faits se sont produits entre 1991 et 2008 alors que le prêtre était en poste dans une paroisse à Bocholt. Le curé est soupçonné de plusieurs faits d’atteinte à la pudeur et d’un viol. Les victimes sont un garçon né en 1986 et une fille née en 1985 qui fréquentaient la paroisse dans laquelle le prêtre officiait. L’homme a reconnu les faits.

L’évêché de Hasselt a suspendu préventivement le prêtre. Celui-ci a lui-même averti, via une personne de confiance, l’évêque Patrick Hoogmartens de l’existence d’une plainte à son égard pour des faits de moeurs.

Le prêtre aurait abusé de deux fillettes originaires de Bocholt.

L’évêque a tenu à témoigner de sa profonde compassion pour les victimes et leurs familles. Durant le week-end, il a été informé d’une possible plainte à l’encontre d’un prêtre de son évêché. Il a entendu l’intéressé lundi et l’a ensuite suspendu dans l’attente des résultats de l’enquête.

“Le curé a déclaré qu’il voulait collaborer pour éclaircir cette affaire. Mardi matin, l’évêché a contacté la police judiciaire pour assurer sa pleine coopération. L’évêque espère que l’enquête apportera toute la clarté sur ce dossier”, a expliqué Clem Vande Broek, porte-parole de l’évêché.

La police Noordoost-Limburg a entendu le prêtre mardi sur ces faits d’abus sexuels qu’il aurait commis à Bocholt, où il a officié durant dix ans. Le juge d’instruction de Tongres a délivré, mercredi, un mandat d’arrêt, sous l’inculpation de faits de moeurs à l’encontre d’un garçon et d’une fille originaires de Bocholt. L’homme a été écroué à la prison de Hasselt et comparaîtra vendredi devant la chambre du conseil de Tongres.

http://www.lameuse.be/actualite/faits_divers/2009-11-25/u...

06:34 Écrit par J.D. dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Missionnaire ?

La Réunion: un prêtre soupçonné de pédophilie écroué

 19.12.2009

Le père Michel Tual, âgé de 71 ans, a été mis en examen aujourd'hui, à La Réunion, par le juge Jean-Pierre Niel, pour agressions sexuelles sur mineurs de moins de 15 ans, corruption de mineurs et tentatives de viols.

Il a été placé en détention-provisoire.

En avril dernier, un homme de 25 ans avait déposé plainte contre le curé de Bras-Panon.

Cet homme affirmait avoir été victime d'agressions sexuelles de la part du prêtre, durant son adolescence.

Lors de son audition par le juge d'instruction, Michel Tual a reconnu les agressions sexuelles.

Le prêtre a toutefois nié le viol de l'adolescent.

Selon Me Laurent Schwartz, son client « va faire acte de contrition ».

Le père Tual, originaire de Bretagne, a été ordonné prêtre dans le diocèse de Rennes en 1967, rappelle Le Télégramme.

Depuis 1987, il a exercé dans plusieurs paroisses de La Réunion, à Saint-Denis, Sainte-Rose et Bras-Panon.

 http://www.lepost.fr/article/2009/12/19/1849118_la-reunio...

 

 

 

Kenya: un prêtre accusé d'abus sexuels

19.06.2009

Au Kenya, un prêtre italien, le père Renato Kizito Sesana, a été accusé d’abus sexuels contre des mineurs. Ses accusateurs sont des jeunes garçons dont il s’occupait à la maison des enfants Kivuli.
 
L’affaire avait été dévoilée par une chaîne de télévision privée au Kenya : on y voyait deux jeunes garçons, au visage caché, accusant le prêtre de les avoir hypnotisés avant d’abuser d’eux.
La chaîne de télévision a poursuit son enquête et affirme avoir de nombreuses photos suggestives représentant le prêtre et de jeunes garçons dénudés. Le prêtre aurait envoyé ces photos à des amis en Italie, qui seraient venus en voyage au Kenya pour abuser à leur tour des garçons. Toujours selon la chaîne kényane, le père Kitizo achetait le silence des enfants en leur promettant de payer leurs études.
 

Le père Kizito, âgé de 67 ans, est un prêtre reconnu et respecté dans les milieux catholiques de par son travail de missionnaire. Il est également journaliste, a créé la première radio catholique au Kenya et a écrit dans de nombreux journaux réputés du pays.
Il avait attiré les foudres de ses lecteurs par ses propos compréhensifs sur les homosexuels.
Ces derniers temps, les scandales impliquant des prêtres catholiques sont nombreuses au niveau international. Cependant, au Kenya, l’affaire du père Kizito est la première de ce type.
 
Consulté par téléphone par le correspondant d'Africanews, l’archevêque kenyan John Njue a confirmé avoir reçu des plaintes concernant le père Kizito. Il était jusqu’alors impossible de donner suite à ces accusations car elles provenaient de lettres anonymes.
L’archevêque a annoncé que l’Eglise catholique allait suivre de près cette affaire afin de prendre les mesures nécessaires.
Les Kenyans se disent très choqués par ces nouvelles. Ils demandent au gouvernement kenyan de faire toute la lumière sur cette affaire afin que les poursuites soient engagées si nécessaire.
 
 
Source: Alex Kiarie, reporter à Nairobi pour Africanews

http://www.rnw.nl/fr/afrique/article/kenya-un-pr%C3%AAtre...

06:31 Écrit par J.D. dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Abus d'autorité !

Un ex-archevêque argentin condamné à 8 ans de prison pour abus sexuels 

30.12.2009

Un ancien archevêque de l'influente Église catholique argentine a été condamné mercredi à huit ans de prison pour abus sexuels sur un séminariste commis alors qu'il était en fonctions, un événement dans un pays qui se dit catholique à 91%.

Mgr Edgardo Storni, 73 ans, plus haute autorité de l'Église dans la province de Santa Fe (nord-est) entre 1984 et 2002, a été condamné à huit ans de prison pour avoir abusé sexuellement en 1992 du séminariste Ruben Descalzo.

La juge, Maria Amalia Mascheroni, a estimé que ces faits étaient «aggravés» par la condition du prélat, supérieur hiérarchique de la victime.

La magistrate a toutefois décidé que l'ancien archevêque, qui avait été inculpé en février 2003, pourrait purger sa peine à son domicile en raison de son âge.

«Il m'a fait entrer dans ses appartements, à la lumière d'une seule lampe», a déclaré à la justice le séminariste. «Nous avons beaucoup parlé et il m'a convaincu de rester. Nous passions la porte lorsqu'il m'a pris dans ses bras», a-t-il dit. «L'étreinte s'est prolongée, il m'a serré contre lui et il m'a embrassé sur le cou».

L'avocat de Mgr Storni, Eduardo Jauchen, qui a immédiatement fait appel, a affirmé qu'«on ne pouvait condamner quelqu'un sur la base de soupçons, de rumeurs ou d'accusations», assurant qu'il n'y avait aucune preuve contre son client. Huit ans «c'est la peine la moins lourde pour abus sexuel aggravé», a-t-il toutefois précisé.

Mgr Storni avait démissionné de son poste en 2002 et envoyé une lettre au pape de l'époque, Jean Paul II, dans laquelle il rejetait toute «culpabilité».

Le scandale avait éclaté en 2000 avec la publication du livre «Notre Sainte Mère», de la journaliste Olga Wornat, qui le dénonçait.

Mgr Storni faisait l'objet d'une enquête interne de l'Église depuis 1994. Sur ordre du Vatican, l'actuel archevêque de San Juan (nord-ouest), José Maria Arancibia, avait mené l'enquête sur des faits présumés commis à Santa Fe et lors de retraites à Calamuchita (Cordoba), examinant les témoignages de plusieurs séminaristes.

L'ancien archevêque, qui s'est toujours déclaré innocent, a pris sa retraite dans une ferme de La Falda, dans la province de Cordoba (nord-ouest), appartenant à l'archevêché de Santa Fe.

L'archevêché de Santa Fe «ne fera aucun commentaire», a déclaré une porte-parole interrogée par l'AFP. Elle a dit ignorer si l'archevêché continuerait à loger Mgr Storni après sa condamnation.

Cette condamnation intervient après celle d'un autre religieux argentin, le très médiatique Julio César Grassi, condamné en juin à 15 ans de prison par un tribunal de la banlieue de Buenos Aires pour avoir abusé d'un mineur dont il était responsable au sein d'une fondation.

Dans les années 90, sa Fondation, «Heureux les enfants», aidait quelque 6.000 enfants et recevait des donations des personnalités du show business et de la politique. Le prêtre s'était rendu à la police en présence de caméras de télévision et était resté en détention plus d'un mois avant d'être relâché.

Quatre prêtres au total ont été condamnés en Argentine à des peines de prison de 8 à 24 ans depuis 2003 pour abus sur mineurs et deux évêques, dont Mgr Storni, ont abandonné leur charge ces dernières années en raison de scandales sexuels.

http://www.cyberpresse.ca/international/amerique-latine/2...

06:26 Écrit par J.D. dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |