30/12/2009

Irlande, Canada. Un jour la Belgique? Non, trop puissante l'Eglise belge, ou trop peureuse la Justice belge...

Pédophilie : après l’Irlande, le Canada dans la tourmente !

 

 Romano Libero 
29 décembre 2009


Alors que le scandale continue à faire rage en Irlande, malgré la démission de deux évêques qui avaient couvert des affaires de pédophilie, il pourrait s’étendre désormais à un autre pays, le Canada.

Le juge canadien Normand Glaude dénonce dans un rapport explosif, après quatre années d’enquêtes, l’Eglise catholique de ne pas avoir réagi comme elle aurait dû suite aux dénonciations de mauvais traitements contre des enfants.

Dans les années 1990, des allégations d’agressions sexuelles envers des enfants, qui se seraient déroulées sur plusieurs décennies, ont en effet fait surface à Cornwall. Les personnes visées étaient des membres influents de la communauté locale, notamment des prêtres.

Dans le rapport y afférant de plus de 2000 pages, le commissaire formule plus de 200 recommandations dans cette affaire. Le juge Glaude recommande au diocèse d’Alexandria-Cornwall de présenter des excuses publiques auprès de toutes les victimes présumées et confirmées. Il suggère aussi que les prêtres soient surveillés de plus près, surtout lorsqu’il y a doute ou soupçon fondé.

Très ennuyé, Mgr Paul-André Durocher, évêque d’Alexandria-Cornwall, a présenté ses excuses officielles à la suite de la présentation du rapport. « En tant qu’évêque, j’exprime ma profonde désolation et je présente mes excuses à toutes les victimes d’abus sexuels commis par des prêtres. Et je les invite, ceux et celles qui ne l’ont pas fait, ici, dans la région, à communiquer avec moi s’ils le désirent, pour qu’on puisse leur offrir de l’aide pour être capable de cheminer avec eux vers une guérison et une reconstruction de leur vie ». De belles paroles. Mais est-ce suffisant ?

Récemment un évêque canadien, Mgr Raymond Lahey, en poste à Antigonish, a déjà été contraint de quitter sa charge pour avoir été interpellé en possession de matériel pornographique à caractère pédophile.

Après le scandale irlandais, le scandale canadien ?

 

http://www.golias.fr/spip.php?article3288

19:05 Écrit par J.D. dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/12/2009

C'est pas ma faute !

Le cardinal Danneels se défend de laisser la « pagaille »

25 décembre 2009, 10:22

Le cardinal Godfried Danneels s’est défendu de laisser derrière lui une Eglise en « pagaille », comme l’ont affirmé des médias ultra-conservateurs italiens. « Je ne vois pas de pagaille, je vois seulement beaucoup d’obstacles et de difficultés », a-t-il déclaré.

Mgr Danneels est accusé par certains milieux d’être responsable de la désaffection que connaissent les églises en Belgique. Il est également rendu responsable de l’adoption de lois progressistes sur l’euthanasie ou le mariage homosexuel.

Dans le journal italien Il Foglio, la spécialiste des questions religieuses Paola Rodari a estimé cette semaine que « Danneels laisse, après 30 ans, une pagaille. Les églises belges sont vides et sous son ‘règne’, des lois anti-chrétiennes ont été votées ». Le blog Osservatore Romano l’a même décrit même comme le « fossoyeur de l’Eglise belge».

Mgr Danneels a rejeté ces critiques. « Ce n’est pas juste. Je porte certaines responsabilités, mais les critiques concernent une situation qui dépasse mon pouvoir », a-t-il dit vendredi matin sur les ondes de la VRT, pointant l’évolution socio-culturelle de la Belgique.

Le cardinal a par ailleurs tenu à relativiser les critiques dont il a fait l’objet, affirmant ne pas croire qu’elle s’inscrivent dans une campagne visant à favoriser une succession plus conservatrice. « Ce qui se trouve sur un blog à Rome ne se retrouve pas nécessairement dans le carnet de note du pape », a-t-il assuré. Mgr Danneels attend « pour la mi-janvier » des informations du Vatican au sujet de sa pension.

L’homélie du cardinal Danneels placée sous le signe de l’écologie

L’archevêque de Malines- Bruxelles a présidé cette nuit pour ladernière fois la célébration de Noël en la cathédrale Saint^Michel et Gudule à Bruxelles.

Le cardinal Danneels a prononcé une homélie influencée par la récente conférence sur le climat à Copenhague.

Tout en notant les faibles résultats de celle-ci, il a souligné qu’à présent « le soin de la planète est devenu une réalité politique. » Il a ensuite pointé d’autres pollutions, plus morales et spirituelles cette fois : « l’argent fou, la jouissance sans repères et des sirènes du pouvoir. » Pour Mgr Danneels, « il existe une écologie du couple et de la famille. Ici aussi, démasquons la pollution et comprenons qu’il y a un climat à stabiliser afin de rétablir notre culture sur des bases saines. »

En cette période de cadeaux, l’homme a rappelé que l’amour est « le seul cadeau qui dure ». « Si nous pouvions accroître le taux de don de soi désintéressé dans notre société, nous récolterions les fruits d’une écologie intégrale. Car en matière d’amour et d’attention à l’autre, un réchauffement climatique fait du bien à l’humanité. » a-t-il conclu, avant de souhaiter une Saint fête de Noël à tous les fidèles présents.

(belga)

http://www.lesoir.be/actualite/belgique/2009-12-25/le-car...

11:18 Écrit par J.D. dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/12/2009

Mgr Léonard, "malgré lui" archevêque !

Danneels se retire, les « ultras » s’activent

GUTIERREZ,RICARDO  Mercredi 23 décembre 2009

Eglise catholique Le lobby pro-Léonard s’affaire

Les bénitiers sont en ébullition… A mesure qu’approche l’annonce de la désignation papale du successeur de Godfried Danneels, à la tête de l’Eglise catholique de Belgique, la tension monte, chez les conservateurs. Les vaticanistes « ratzinguériens » n’hésitent plus à prendre fait et cause pour « leur » candidat : l’évêque de Namur, André-Mutien Léonard.

« On n’échappe plus aux coups bas », commente un clerc, coutumier des sphères épiscopales. Le blog conservateur Osservatore Vaticano va jusqu’à voir en Danneels « un des principaux fossoyeurs de l’Eglise belge ».

Paolo Rodari, le vaticaniste du quotidien berlusconien Il Foglio n’est pas en reste : « Le primat Danneels laisse derrière lui un cimetière ». La charge est à peine plus nuancée sous la plume de Sandro Magister, collaborateur de l’hebdomadaire L’Espresso, qui traite Danneels de « martinien », en référence à l’ancien archevêque milanais Martini, maître à penser des anti-ratzinguériens de tous bords. Magister ironise sur la « désertification du catholicisme belge », au cours des 30 ans de règne de Danneels.

« Derrière l’archevêque de Malines-Bruxelles, commente un observateur, ces critiques romaines visent surtout les successeurs potentiels qui s’inscriraient dans la continuité du cardinal : l’évêque auxiliaire de Bruxelles, Jozef De Kesel, voire l’évêque d’Anvers, Johan Bonny ».

En toile de fond, c’est la candidature de l’évêque de Namur, André-Mutien Léonard, qui est promue… « Malgré lui, insiste le porte-parole de la conférence épiscopale, Eric de Beukelaer. Car il n’est pour rien dans ces sorties qui relèvent peut-être plus de supputations en vase clos que d’une véritable campagne orchestrée ».

Toujours est-il que les conservateurs affichent « leur » champion et qu’ils sont bien décidés à défendre le scénario de la rupture avec le « danneelsisme ». Quitte à grossir les qualités présumées de Léonard. Il Foglio vante ainsi les dispositions de l’évêque à susciter les vocations, avec 35 séminaristes namurois sur un total de 71 prêtres en formation dans le Royaume… Les séminaires de Namur comptent en fait 32 étudiants, quasiment tous issus de l’étranger, et n’ont enregistré que cinq inscriptions, en 2009.

Le Pape, qui tranchera seul, en souverain absolu, ne s’en tiendra sans doute pas qu’à ce critère numérique. En attendant, commente un observateur avisé, « à Rome, on sent la poudre de la bataille autour de cette succession ».

http://archives.lesoir.be/eglise-catholique-le-lobby-pro-...

13:31 Écrit par J.D. dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Dernier Noël en tant qu'archevêque?

Dernier appel de Danneels: "Osons la radicalité"

A quelques jours de la désignation de son successeur à la tête de l'Eglise catholique de Belgique, le cardinal Danneels délivre jeudi son message: "L'Eglise doit être plus simple, plus transparente, plus radicale", estime-t-il dans Le Soir.
 
Selon lui, cette radicalité n'est pas celle des cercles rigoristes du Vatican, qui militent pour la nomination d'un nouveau primat plus intransigeant que lui, mais celle d'un retour "à la simplicité, à la transparence, à l'Evangile: le prédicateur ne peut prêcher la radicalité que s'il est radical lui-même".
 
Sur l'impact de l'Eglise et des autorités de celle-ci sur les croyants, le cardinal estime par ailleurs qu'"au lieu de se préoccuper presque toujours de questions de morale, c'est de foi que nous devons parler", mettant en exergue la nécessité d'"oser dire des vérités parfois dures à entendre".
 
Pour lui, la curie romaine (le gouvernement du Vatican) est un "appareil administratif, indispensable certes, mais ce n'est pas l'Eglise". "La société évolue. L'Eglise doit s'en rendre compte. Elle peut faire connaître son point de vue, mais n'a plus les moyens de l'imposer. Nous sommes réduits au rôle du prophète qui crie mais qui n'est pas toujours entendu", analyse-t-il encore.
(belga/ca)

24/12/09 08h58

10:47 Écrit par J.D. dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cardinal, danneels |  Facebook |

23/12/2009

Irlande... Et de deux !

Un deuxième évêque catholique irlandais démissionne

Un deuxième évêque irlandais a présenté sa démission au pape Benoît XVI, à la suite d'un rapport accusant l'église catholique d'avoir couvert les agissements de prêtres pédophiles dans la région de Dublin, a annoncé mercredi son diocèse.
 
"J'ai présenté aujourd'hui au Saint Père ma démission en tant qu'évêque de Kildare et Leighlin", a déclaré James Moriarty, 73 ans, dans un communiqué diffusé par ses services. "J'espère que cela fait honneur à la vérité que les victimes encore vivantes (de ces abus) ont découverte et ouvre la voie à un meilleur avenir pour toutes les personnes concernées".
 
L'Église a couvert les viols commis par ses prêtres

James Moriarty avait été entre 1991 et 2002 évêque auxiliaire de Dublin, dans le diocèse où des centaines d'enfants ont subi des sévices sexuels commis par des prêtres pendant plusieurs décennies.
 
Le 17 décembre, le Vatican avait annoncé que le pape avait accepté la démission d'un premier évêque irlandais mis en cause par le rapport Murphy, Donal Murray. L'évêque de Limerick (ouest) avait été accusé d'avoir réagi de façon "inexcusable" en dissimulant des informations sur des enfants victimes d'abus sexuels de prêtres, dans ce rapport publié fin novembre en Irlande.
(belga/th)

23/12/09 22h19

23:22 Écrit par J.D. dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : eglise, pedophilie, irlande, pretres |  Facebook |

22/12/2009

Nouveaux cardinaux !

Lundi 21 décembre 2009 1 21 /12 /2009 06:33


Radio Vatican signalait le 18 décembre que le cardinal Josez Glemp, archevêque émérite de Varsovie, étant entré ce même jour dans sa 81ème année n’était donc désormais plus électeur du Pape pour le cas où un conclave serait, ce qu’à Dieu ne plaise, convoqué dans les prochains jours. Le nombre des cardinaux électeurs est tombé à ce jour à 112 et il va encore diminuer de 4 membres au cours du premier trimestre de 2010, même pour le cas où aucun cardinal électeur ne serait rappelé à Dieu dans les trois prochains mois. C’est-à-dire qu’au 1er avril 2010 le Collège cardinalice ne compterait plus de 108 électeurs alors que les Souverains Pontifes peuvent créer des cardinaux jusqu’à concurrence de 120.
Benoît XVI, annonçait le 22 février 2006 qu’il tiendrait un consistoire, le premier de son pontificat, le 24 mars suivant pour « atteindre le nombre 120 membres électeurs du Collège cardinalice ». Il créa donc à cette date 12 nouveaux cardinaux électeurs.
Lors du deuxième consistoire qu’il convoqua le 24 novembre 2007, Benoît XVI créa 18 nouveaux cardinaux électeurs pour arriver au nombre de 120.
Il est clair – et l'annonce de Radio Vatican en constitue peut-être un discret signal – que le Souverain Pontife annoncera l’année prochaine la tenue d’un troisième consistoire. S’il le tient en avril ou en mai prochain, Benoît XVI pourrait créer 12 nouveaux cardinaux électeurs. S’il le repousse en octobre, il devrait en nommer 5 ou 6 de plus.
Rappelons qu’il n’y a pas, à proprement parler, de sièges épiscopaux « cardinalices », même si l’usage semble s’en maintenir. Le Pape peut créer cardinal qui il veut.

23:59 Écrit par J.D. dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/12/2009

Irlande... Et de un !

Abus sexuels en Irlande: Le pape a accepté la démission d'un évêque.

(17.12.09)

Donal Murray est accusé d'avoir dissimulé les agissements de prêtres qui ont abusé de centaines d'enfants pendant plusieurs décennies


VATICAN Le pape Benoît XVI a accepté jeudi la démission de l'évêque irlandais de Limerick (ouest), Donal Murray, accusé d'avoir dissimulé les agissements de prêtres qui ont abusé de centaines d'enfants pendant plusieurs décennies dans la région de Dublin.

Dès l'annonce de la décision, Donal Murray a présenté ses "humbles excuses à tous ceux qui ont été abusés quand ils étaient petits".

"Je sais très bien que ma démission ne peut pas annuler la douleur subie par ceux qui ont survécu aux abus et continuent à souffrir aujourd'hui", a-t-il reconnu dans un communiqué.

Il a expliqué avoir "demandé au Saint-Père de l'autoriser à démissionner parce qu'il pensait que sa présence créerait des difficultés pour certaines victimes, qui doivent occuper la première place dans nos pensées et nos prières".

Le Bulletin du Vatican annonçant cette démission ne donne aucune précision sur ses motifs, mais cette décision était attendue depuis une rencontre, le 11 décembre, entre le pape et le primat de l'Eglise irlandaise, le cardinal Sean Brady, à propos du scandale de pédophilie impliquant des prêtres en Irlande.

Le pape avait alors présenté des excuses au nom de l'Eglise, qualifiant ces agissements de "crimes abominables".

"Le pape partage l'indignation, (le sentiment de) trahison et la honte ressentis par de nombreux fidèles en Irlande" face à des "crimes abominables", avait indiqué le Vatican.

Donal Murray, 69 ans, ordonné prêtre en 1966, était évêque de Limerick (ouest) depuis février 1996, mais il avait été auparavant, de 1982 à 1996, évêque auxiliaire de Dublin, là où des abus sexuels ont été commis sur des centaines d'enfants pendant plusieurs décennies.

Ces abus, couverts par l'Eglise d'Irlande, ont été révélés par le rapport Murphy, publié fin novembre par le ministère irlandais de la Justice après trois ans d'enquête.

Le 26 novembre, Donal Murray avait déjà présenté ses excuses et demandé pardon aux enfants victimes de ces abus: "Je m'excuse sincèrement et je leur demande humblement pardon", avait-il écrit dans un communiqué.

"Si une de mes actions ou au contraire l'absence d'action de ma part a pu
contribuer à la souffrance d'enfants victimes d'abus, je le regrette vraiment beaucoup", avait-il ajouté. "Je n'ai jamais délibérément ou consciemment cherché à dissimuler ou retenir des informations", s'était-il défendu.

"Ainsi que le note le rapport (Murphy), il y a eu des occasions pour lesquelles la répartition des rôles et des responsabilités n'était pas claire, ou alors il m'est arrivé de ne pas avoir toutes les informations concernant des affaires dans lesquelles il m'était demandé d'intervenir", avait-il expliqué.

Sans parler directement de démissions, l'archevêque de Dublin, Mgr Diarmuid Martin, qui avait participé à la réunion du pape et du primat, avait déclaré à des journalistes que l'Eglise irlandaise "se dirigeait vers une réorganisation très importante".

Selon la presse irlandaise, outre Mgr Murray, plusieurs évêques mis en cause dans ce scandale retentissant seraient sur le point d'annoncer leur démission.

 

© La Dernière Heure 2009

http://www.dhnet.be/infos/monde/article/293142/abus-sexue...

 

AUTRES ACTES PONTIFICAUX

CITE DU VATICAN, 17 DEC 2009 (VIS). Le Saint-Père a accepté la renonciation à la charge pastorale du diocèse de Limerick (Irlande), présentée par Mgr.Donal Brendan Murray en conformité au canon 401,2 du CIC.
RE/./MURRAY VIS 091217 (40)

http://212.77.1.245/news_services/press/vis/dinamiche/d5_...

Can. 401 § 2. L'Évêque diocésain qui, pour une raison de santé ou pour toute autre cause grave, ne pourrait plus remplir convenablement son office, est instamment prié de présenter la renonciation à cet office.

http://www.vatican.va/archive/FRA0037/__P1C.HTM

19:04 Écrit par J.D. dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : eglise, pedophilie, pape, pretre |  Facebook |

16/12/2009

Procès civil contre Mgr léonard


.../...Pourtant, actuellement, en Belgique, c’est l’évêque de Namur, Monseigneur Léonard, qui est accusé d’avoir fait preuve de passivité à l’égard du prêtre Hubermont accusé d’abus sur un enfant de choeur. Récidiviste, il a fallu attendre 2009 pour que le prêtre incriminé soit définitivement écarté du milieu ecclésiastique. L’affaire fait grand bruit en Belgique actuellement. .../... 

ttp://www.web-libre.org/breves/Pretres-pedophiles,4191.html

 

 
Mgr Léonard accusé de non-assistance à un jeune séminariste     23.01.09 - 10:55

Monseigneur Léonard, l'évêque de Namur, a-t-il négligé de venir en aide à un jeune séminariste victime d'abus sexuels? La victime l'affirme et réclame réparation devant le tribunal civil de Namur.

Monseigneur Léonard est accusé d'avoir aggravé la situation subie par la victime des abus en ne lui reconnaissant pas un vrai statut de victime. Plus grave, l'évêque aurait même contrarié définitivement la vocation de Joël Devillet en le faisant exclure du séminaire sous un prétexte fallacieux, en l'occurrence, l'existence d'une idylle avec un autre élève.

Pour la victime, les autorités religieuses ont surtout cherché à étouffer le scandale en réglant le problème en interne.

L'abuseur qui a reconnu les faits dès 1991 ne sera jamais inquiété devant la justice pénale pour cause de prescription. Ecarté à l'époque de ses fonctions à la tête de la paroisse de Flawinne, le curé ne respectera pas les conditions qui lui ont été imposées, ce qui lui vaudra d'être finalement déchargé de toute mission pour l'église.

Aujourd'hui, une procédure au civil est toujours en cours contre l'ex-curé, à Arlon, où il réside. Celle qui s'ouvre à Namur n'est dirigée que contre le patron du diocèse. Pour la défense de l'évêque, Me Malherbe a déjà indiqué que pour lui l'action à Namur doit être mise en veilleuse en attendant le jugement d'Arlon. Le tribunal se prononcera le 19 février.

(M.S. avec Patrick Michalle) http://www.rtbf.be/info/regions/namur/msgr-leonard-accuse-de-non-assistance-a-un-jeune-seminariste-73813

 

Mgr Léonard accusé de passivité à l’égard d’un prêtre pédophile

n.c.

Jeudi 22 janvier 2009

NAMUR 22/01 (BELGA) = Me Pierre Chomé, conseil de Joël Devillet, abusé par un prêtre alors qu’il était enfant de choeur, a accusé Mgr Léonard, évêque de Namur, et son évêché d’avoir fait preuve de passivité à l’égard de la situation de son client et de l’attitude du père Hubermont.L’affaire était plaidée, jeudi, devant le tribunal civil de Namur. Me Chomé a également précisé que, malgré l’intervention du tribunal ecclésiastique, qui a officiellement reconnu les abus sexuels, l’auteur des faits a récidivé et il a fallu attendre 2009 pour que ce dernier soit définitivement écarté du milieu ecclésiastique.

http://archives.lesoir.be/mgr-leonard-accuse-de-passivite-a-l%26%238217-egard_t-20090122-00L9WJ.html?queryand=devillet&firstHit=0&by=10&when=-1&begYear=1989&begMonth=01&begDay=01&endYear=2009&endMonth=06&endDay=26&sort=datedesc&rub=TOUT&pos=3&all=47&nav=1

  

Monseigneur Léonard accusé de passivité à l'égard d'un prêtre pédophile

(22/01/2009) 

Abusé par un prêtre alors qu'il était enfant de choeur, Joël Devillet reproche à Monseigneur Léonard sa passivité

NAMUR Me Pierre Chomé, conseil de Joël Devillet, abusé par un prêtre alors qu'il était enfant de choeur, a accusé Mgr Léonard, évêque de Namur, et son évêché d'avoir fait preuve de passivité à l'égard de la situation de son client et de l'attitude du père Hubermont. L'a&ffaire était plaidée, jeudi, devant le tribunal civil de Namur.

Me Chomé a également précisé que, malgré l'intervention du tribunal ecclésiastique, qui a officiellement reconnu les abus sexuels, l'auteur des faits a récidivé et il a fallu attendre 2009 pour que ce dernier soit définitivement écarté du milieu ecclésiastique.

L'avocat a aussi souligné que, lorsque son client a dénoncé les faits auprès des autorités de l'Eglise, la peur du scandale a amené celles-ci à lui demandé de ne pas s'adresser aux autorités judiciaires. Selon lui, son éviction du séminaire, en 1997, sous prétexte qu'il entretenait une relation avec un autre séminariste, n'est rien d'autre qu'une forme de représailles.

Aujourd'hui, la victime demande réparation de son préjudice qu'elle estime financièrement à 5.000 euros. Pour la partie adverse, Me Malherbe a souligné que l'abbé Hubermont a été interpellé par l'évêque et relevé de sa paroisse. Il s'est également engagé à poursuivre une thérapie et à ne plus se trouver en présence d'enfants sans adultes. Cependant, il n'a pas respecté ses engagements et, le 5 mars 2001, l'évêque a pris une mesure en mettant un terme à la carrière canonique de l'intéressé.

Cette décision a eu des conséquences dont la perte de tout traitement dès le mois d'avril suivant. Pour l'avocat, le comportement de l'évêque vis-à-vis de l'abbé Hubermont n'a donc pas été si passif que ce que la victime affirme.

Me Malherbe a aussi précisé qu'après 1991, alors que Joël Devillet était majeur, ce dernier a continué à se rendre chez l'abbé Hubermont afin d'entretenir des relations sexuelles avec lui. Or, aux yeux de la loi, ces relations n'étaient désormais plus prohibées. Quant à son éviction de la victime du séminaire, elle est justifiée, selon l'avocat, par le fait que M. Devillet ne présentait pas les garanties d'équilibre nécessaires pour accéder à la prêtrise.
Pour Me Malherbe, il n'y a pas de préjudice.        © La Dernière Heure 2009

http://www.dhnet.be/infos/belgique/article/243854/mgr-leonard-accuse-de-passivite-a-l-egard-d-un-pretre-pedophile.html

 

 
 

NAMUR TRIBUNAL CIVIL    

Un évêque trop passif?

Il a été victime d'un prêtre. Devant le tribunal civil de Namur, il demande des comptes à l'évêque qu'il juge trop passif.

Albert JALLET

«On vient devant le tribunal civil pour demander réparation. Parce qu'il y a une attitude de passivité et des promesses non tenues de la part de l'évêque namurois André Mutien Léonard qui ont débouché, entre autres, sur un projet de vie avortée.» Me Pierre Chomé est le conseil de Joël Devillet. Joël Devillet a été enfant de choeur dans une paroisse dans le sud du Luxembourg. Entre 14 et 18 ans, il a été victime d'attouchements et d'abus sexuel de la part du prêtre. Des faits qui ont été reconnus par le curé.

Des faits pour lesquels la prescription est tombée au niveau pénal parce que dénoncés tardivement. Des faits pour lesquels la victime a entamé une procédure au niveau civil devant le tribunal d'Arlon et ce, à l'encontre du prêtre en question. Une procédure toujours en cours en attente du rapport de l'expert psychiatre.

Hier, cette même victime se retrouvait devant le tribunal civil namurois mais, cette fois, avec l'évêque de Namur en ligne de mire.

De réelles sanctions?

Les faits remontent à 1989, la victime avait 14 ans, et ont duré plusieurs années, jusqu'à la majorité de Joël Devillet. « Mon client n'a pas osé s'en ouvrir à cette époque. Il se sentait coupable, il avait peur de ne pas être cru.»

Le silence a finalement été rompu quand Joël Devillet est entré au séminaire, à Namur. Il s'est confié à son directeur de conscience. À ce moment, la procédure judiciaire ecclésiastique se mettait en branle. On est en 1996. «Une confrontation a été organisée dans ce cadre et le prêtre a reconnu les accusations», explique Me Chomé. Les sanctions de la part de l'évêché sont tombées en 1998 puis en 2001, date à laquelle, on met fin à toute sa mission canonique. À cette date, il n'est plus curé et ne touche plus son traitement.

Promesses non tenues

Mais entre 1996 et 2001, Joël Devillet voit le temps passer et rien ne se passe. Même déplacé, le prêtre est toujours en fonction tandis que la promesse d'aide pour un suivi thérapeutique demeure sans suite. La coupe déborde quand, en 1997, la victime est exclue du séminaire. Me Chomé : «Pourquoi? Parce que mon client a entretenu une relation sentimentale avec un autre séminariste du diocèse de Liège qui, lui, a pu continuer et devenir prêtre.»

Joël Devillet est devenu aide-soignant. Pendant une dizaine d'années. Il a perdu son emploi et est au chômage depuis deux ans. S'il a entamé cette procédure devant le tribunal civil de Namur contre l'évêque, c'est parce pour lui, Mgr Léonard a été trop passif, qu'il n'a pas tenu ses promesses et l'a éjecté du séminaire.

Me Chomé : «Si on demande des dommages, c'est pour une réparation physico-morale et pour les années perdues. Cela est différent de ce qui est débattu devant le tribunal civil d'Arlon contre le prêtre en question.» Ce qui ne convainc pas l'avocat de l'évêque, Me Malherbe (lire ci-contre).

Jugement le 19 février.


 
 

L'ex-enfant de chœur accuse

(23/01/2009)

Il demande réparation devant le tribunal civil et s'en prend à Mgr Léonard

NAMUR Avoir été exclu du séminaire et ne pas avoir puni de manière plus énergique l'abbé Hubermont. Telles sont les deux choses reprochées à Mgr Léonard, évêque de Namur, par Joël Devillet, un trentenaire abusé par l'abbé entre 1987 et 1991 alors qu'il était enfant de chœur.

Joël Devillet reproche à l'évêque namurois de ne pas avoir fait preuve de plus de sévérité à l'égard de son agresseur. Mais il lui reproche également son éviction du séminaire, sous prétexte qu'il entretenait une relation avec un autre séminariste. Or, selon lui, il s'agit seulement de représailles de la part de l'Église.

À titre de dommage , il a réclamé, hier, devant le tribunal civil de Namur, et par l'intermédiaire de son conseil, Me Chomé, une somme de 5.000 euros. Me Malherbe, représentant de l'évêché, de rétorquer que Joël Devillet a été renvoyé du séminaire parce qu'il ne présentait pas les qualités requises pour devenir prêtre ni les garanties d'équilibre nécessaires à cette fonction.

L'avocat a souligné que, lorsque les faits ont été portés à la connaissance des autorités ecclésiastiques, Mgr Léonard a immédiatement mis un terme à la carrière de l'abbé : "Cette décision a eu des conséquences, en l'occurrence une cessation de traitement dès avril 2001. Le comportement de Mgr Léonard vis-à-vis de l'abbé Hubermont n'as dès lors pas été fautif ni passif." Le jugement interviendra le 19 février prochain.

M. Lc. © La Dernière Heure 2009

http://www.dhnet.be/infos/faits-divers/article/243900/l-ex-enfant-de-chur-accuse.html 

 

Violé par un prêtre

(03/03/2009)

Témoignage accablant d'une victime à 19 h 45, dans Indices sur RTL-TVi

BRUXELLES "Si on a choisi de consacrer un sujet à Joël Devillet, c'est parce qu'il s'agit d'une histoire d'aujourd'hui, mais qui paraît sortie d'un autre temps. " Georges Huercano ne mâche pas ses mots lorsqu'il évoque le reportage qu'il a réalisé pour le magazine Indices de ce soir.

Joël Devillet a été abusé, alors qu'il n'avait que 14 ans, par le vicaire d'Aubange, Gilbert Hubermont. À l'époque, l'Église avait tout fait pour étouffer l'affaire. Aujourd'hui, âgé de 35 ans, Joël a décidé de témoigner, sur antenne et dans un livre au titre explicite : Violé par un prêtre.

"Avec cette histoire, on comprend comment l'Église et l'évêché de Namur ont voulu faire taire Joël et ont tout essayé pour que l'affaire n'aille pas en justice. Mgr Léonard a laissé les choses aller. C'est de la non-assistance à personne en danger ! La question est de savoir pourquoi on n'a pas dénoncé les faits et pourquoi on n'a pas protégé les autres enfants."

Le cas de Joël remonte au milieu des années 80. Il était un adolescent en manque affectif, qui se réfugiait dans sa foi pour Dieu. Arrive un nouveau vicaire, Gilbert Hubermont.

"Il avait l'habitude de prendre les enfants sur ses genoux pour regarder la TV", explique Joël. "Il a commencé par me caresser le visage . Il me disait de me laisser faire. Puis, il a mis sa main au niveau de mon sexe et il voulait que je fasse de même avec le sien."

Les abus deviendront alors quotidiens. "J'étais devenu son objet sexuel." Joël avertira notamment Mgr Léonard. Gilbert Hubermont sera alors muté à Flawinne, où il continuera d'exercer. Joël, lui, entrera au séminaire. Finalement, une confrontation avec l'abbé Hubermont sera organisée et celui-ci craquera et avouera.

Mais l'Église demandera à Joël de ne pas ébruiter l'affaire, en échange de quoi on lui payerait ses frais de thérapie. Ce que l'évêché ne fera jamais. "J'ai ensuite été viré du séminaire et lorsque je me suis rendu compte que j'avais été mené en bateau, j'ai porté plainte."

Depuis 2001, Hubermont travaille dans un centre pour personnes handicapées de la Région wallonne. Ce qui révolte Joël, qui a perdu toute foi en Dieu. "Dans son nouveau poste, il est une fois de plus en contact avec des personnes fragiles."

En savoir plus

Violé par un prêtre Un livre de Joël Devillet aux éditions de l'Arbre.

Frédéric Seront    © La Dernière Heure 2009

http://www.dhnet.be/cine-tele/television/article/250349/viole-par-un-pretre.html

 

Un jeune garçon abusé par un abbé, ce mercredi à 19h45 dans Indices !  

Ce mercredi, Georges Huercano et Dominique Demoulin reviendront sur deux affaires. La première est celle de Kim De Gelder, jeune homme de 20 ans auteur d’un terrible massacre à la crèche de Termonde, et la deuxième est celle de Joël Devillet, jeune homme de 14 ans abusé par un abbé.

Georges Huercano, qui s’intéressera à Joël Devillet, victime d'abus sexuels de la part d'un prêtre il y a près de 20 ans à Aubange. Aujourd’hui, le jeune homme se bat pour que justice lui soit rendue. « Il nous est apparu que cette histoire qui nous semble sortie d’un autre temps est une histoire d’aujourd’hui, annonce Georges Huercano. L’Eglise a essayé de faire taire Joël. Ce jeune garçon de 14 ans était une proie facile pour un pédophile. Joël a été manipulé ! Monseigneur Léonard a laissé aller les choses alors qu’il aurait pu les arrêter », insiste Georges Huercano. Comment tout cela a-t-il commencé ? « Ca n’allait pas très bien à la maison, commence Joël Devillet. Je me suis donc, dès mon plus jeune âge, tourné vers l’Eglise, que je considérais comme mon refuge. Je me sentais très proche des vieux curés qui s’occupaient de la paroisse. En 1987, un nouveau vicaire arrive. Il attire les jeunes du village avec des consoles Nintendo et des baby-foot chez lui », explique Joël Devillet. Pendant de longues années, Joël ne dira rien à personne. Il a pourtant été abusé par ce jeune abbé qui a profité de la fragilité du jeune qu’était Joël à 14 ans. « Chez lui, il n’y avait qu’un seul fauteuil, précise Joël. Alors, pour jouer à la console, il fallait soit s’asseoir par terre soit sur ses genoux. Il me caressait et je retirais sa main, et, à chaque fois, il recommençait. J'ai porté plainte contre l'évêque en 2006, pas pour non assistance en danger mais pour le fait de n'avoir jamais aidé la victime et toujours protégé le prêtre. En 1996 j'ai porté plainte contre le prêtre abuseur devant le tribunal de l'Eglise de Namur. » Aujourd’hui, Joël se sent en partie soulagé de pouvoir partager son témoignage à travers ce livre. « Si ce livre peut aider d’autres personnes abusées à en parler, mon but serait atteint ! Aujourd’hui, je suis au chômage depuis deux ans. Je ne crois plus en Dieu. » Ce qui a aidé Joël à tenir bon pendant toutes ces longues années, c’est l’amour qu’il porte aux animaux ! « Plusieurs fois, j’ai voulu me suicider. Je dormais dans le clocher de l’église et j’espérais qu’une cloche me happe et m’emporte. La présence des animaux m’aide à tenir puisque je ne crois plus en Dieu », insiste Joël, qui espère un jour pouvoir ouvrir un cimetière pour animaux à Aubange d’où il est originaire.

« Violé par un prêtre » de Joël Devillet, qui sera en dédicace le dimanche 8 mars de 12h00 à 14h00 à La Foire du Livre de Bruxelles, sort ce mercredi 4 mars aux éditions de l’Arbre.

« Indices », mercredi 4 mars à 19h45 sur RTL-TVI.

Nicolas Dewaelheyns   
http://www.tuner.be/actu.asp?id=142069&content=home

 

02:45 Écrit par J.D. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Procès civil contre Mgr léonard, 12/2006 à 201?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© Sud presse 23.01.2009

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

 

 

 

 

 

        © Vers l'avenir 23.01.2009

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

         © Sud presse 23.01.2009

  

 

 

     

 

 

 

 

 

 

 

              © Métro n°1827

 

 

 

 

 

    © La Libre  23.01.2009

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     © Sud presse 20.02.2009

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  © La D.H. 20.02.2009

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

       © 'Vers l'avenir' 20.02.2009

 

 

 

 

Procès civil contre le prêtre 11/2004 à 201?

pou2

© La D.H. 24.01.2007

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© La D.H. 5.12.2006

Procès pénal du prêtre 04/2001 à 02/2004

meuse

© La Meuse 13.02.2003

    

 

13

 

decu

 © La Meuse 15.01.2004

456

 © L'avenir du Luxembourg 15.01.2004

tu

 © La Meuse 12.02.2004

pressc

 © L'avenir du Luxembourg 13.02.2004

Prêtre inquiété de pédophilie

(05/12/2006)

Le prêtre, acquitté au pénal grâce à la prescription, doit répondre de ses actes de viol au civil

ARLON Un prêtre accusé de viol et d'attentat à la pudeur sur un enfant de choeur, avait été acquitté en 2004 par le tribunal correctionnel d'Arlon.

L'homme d'Eglise avait reconnu les préventions. Mais un arrêt de la Cour de cassation intervenu pendant les débats à Arlon avait dit les faits prescrits. Deux ans plus tard, l'abbé, qui avait promis de réparer ses actes au civil, n'a toujours pas réagi. Il est cité ce jeudi devant le tribunal civil d'Arlon par la partie civile défendue par Me Chomé. Près de vingt ans après les premiers faits, le prêtre qui officie toujours en province de Luxembourg, doit répondre une nouvelle fois de ses actes et permettre peut-être à la victime de tourner la page.

"Les faits se sont déroulés entre 1987 et 1991 alors que j'étais enfant de choeur à Aubange. J'étais alors âgé de 14 ans lorsque tout a commencé , explique Joël Devillet, la victime. J'ai ensuite passé trois années au séminaire à Namur. Là, je me suis immédiatement confié lors d'une première confession. L'évêché m'a promis une aide psychologique et une brillante carrière au sein de l'évêché contre mon silence. J'attends toujours mais je n'espère plus rien."

Le prêtre est aujourd'hui éducateur pour... des ados !

Dégoûté par ces méthodes, Joël Devillet a quitté la province de Luxembourg et la vie religieuse pour devenir aide soignant.

Le prêtre quant à lui n'a pas été sanctionné." Le jour où j'ai déposé ma première plainte, l'abbé a obtenu son C4 de l'évêché , précise Joël Devillet. Cela signifie qu'il n'est plus rémunéré par l'Eglise. Mais il occupe toujours le presbytère. Il dit toujours la messe et est engagé et rémunéré par la Région wallonne en qualité d'éducateur dans un centre qui s'occupe de jeunes adultes en difficulté."

Par le biais de ce procès civil, la victime espère trouver les réponses à ses questions et empêcher que ce genre de fait ne recommence.

"Si un seul enfant a pu être sauvé de ses griffes grâce à mes plaintes, alors j'ai atteint mon but" , conclut la victime.

 



L.B.

© La Dernière Heure 2006

http://www.dhnet.be/infos/faits-divers/article/161611/pre...

 

Le prêtre est poursuivi au civil                                   Date: 24/01/2007

Acquitté par prescription pour des attouchements, le curé comparaît au pénal 20 ans après les faits

ARLON En 2004, le tribunal correctionnel prononce la prescription des faits. Des attentats à la pudeur commis dans le Luxembourg, entre 1987 et 1991 par un prêtre sur Joël Devillet. Le prêtre avait reconnu les attouchements sur l'enfant de choeur alors âgé de 14 ans. Hier, l'affaire est revenue devant le tribunal pour l'aspect civil. L'essentiel des débats s'est joué sur la prescription. Chaque partie y allant de son interprétation de la loi. Quant aux faits, Me Bastyns, conseil de Joël Devillet, reste sur une mauvaise impression. "Celle que du côté du prêtre, il n'y a aucune remise en question. Car il se demande toujours ce qu'il a fait. Il dit que mon client insistait pour venir chez lui et se mettre sur ses genoux. Il reconnaît les viols mais seulement lorsque mon client est majeur."

Du côté de la défense, on estime que Joël Devillet n'a jamais été contraint dans les actes commis. "Quand le prêtre a été muté dans le Namurois en 1991, les parties ont continué à se voir au séminaire où est entrée la partie civile. L'Évêché a ensuite envoyé l'abbé dans les Ardennes où il n'est plus responsable de paroisse. Il s'occupe d'hommes adultes en difficultés" plaide Me Dedobeller.

Pour la défense, la plainte est une réaction contre l'Évêché. "M. Devillet a été renvoyé du séminaire car il a poursuivi ses relations avec mon client avec échange de correspondance jusqu'en 2000. Dans les lettres, il demande à revoir mon client. Puis M. Devillet a entretenu des relations avec un autre séminariste. Si vous estimez l'action fondée, nous offrons 5.000 euros." La partie civile réclame au prêtre 40.000 € provisionnels. Jugement le 13 mars.

L. B.

http://www.dhnet.be/dhjournal/archives_det.phtml?id=677971

 

 

13/12/2009

Et encore...

La vérité judiciaire.

01:12 Écrit par J.D. dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rtbf jt 19 02 2009 |  Facebook |

12/12/2009

Le procès contre Mgr Léonard André

verslavenir

23:38 Écrit par J.D. dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vers l avenir 20 02 2009 |  Facebook |