24/12/2009

Mgr Léonard, "malgré lui" archevêque !

Danneels se retire, les « ultras » s’activent

GUTIERREZ,RICARDO  Mercredi 23 décembre 2009

Eglise catholique Le lobby pro-Léonard s’affaire

Les bénitiers sont en ébullition… A mesure qu’approche l’annonce de la désignation papale du successeur de Godfried Danneels, à la tête de l’Eglise catholique de Belgique, la tension monte, chez les conservateurs. Les vaticanistes « ratzinguériens » n’hésitent plus à prendre fait et cause pour « leur » candidat : l’évêque de Namur, André-Mutien Léonard.

« On n’échappe plus aux coups bas », commente un clerc, coutumier des sphères épiscopales. Le blog conservateur Osservatore Vaticano va jusqu’à voir en Danneels « un des principaux fossoyeurs de l’Eglise belge ».

Paolo Rodari, le vaticaniste du quotidien berlusconien Il Foglio n’est pas en reste : « Le primat Danneels laisse derrière lui un cimetière ». La charge est à peine plus nuancée sous la plume de Sandro Magister, collaborateur de l’hebdomadaire L’Espresso, qui traite Danneels de « martinien », en référence à l’ancien archevêque milanais Martini, maître à penser des anti-ratzinguériens de tous bords. Magister ironise sur la « désertification du catholicisme belge », au cours des 30 ans de règne de Danneels.

« Derrière l’archevêque de Malines-Bruxelles, commente un observateur, ces critiques romaines visent surtout les successeurs potentiels qui s’inscriraient dans la continuité du cardinal : l’évêque auxiliaire de Bruxelles, Jozef De Kesel, voire l’évêque d’Anvers, Johan Bonny ».

En toile de fond, c’est la candidature de l’évêque de Namur, André-Mutien Léonard, qui est promue… « Malgré lui, insiste le porte-parole de la conférence épiscopale, Eric de Beukelaer. Car il n’est pour rien dans ces sorties qui relèvent peut-être plus de supputations en vase clos que d’une véritable campagne orchestrée ».

Toujours est-il que les conservateurs affichent « leur » champion et qu’ils sont bien décidés à défendre le scénario de la rupture avec le « danneelsisme ». Quitte à grossir les qualités présumées de Léonard. Il Foglio vante ainsi les dispositions de l’évêque à susciter les vocations, avec 35 séminaristes namurois sur un total de 71 prêtres en formation dans le Royaume… Les séminaires de Namur comptent en fait 32 étudiants, quasiment tous issus de l’étranger, et n’ont enregistré que cinq inscriptions, en 2009.

Le Pape, qui tranchera seul, en souverain absolu, ne s’en tiendra sans doute pas qu’à ce critère numérique. En attendant, commente un observateur avisé, « à Rome, on sent la poudre de la bataille autour de cette succession ».

http://archives.lesoir.be/eglise-catholique-le-lobby-pro-...

13:31 Écrit par J.D. dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.